L’impact des récentes évolutions jurisprudentielles sur le droit des successions


Le droit des successions est un domaine en perpétuelle évolution, notamment en raison de l’influence grandissante de la jurisprudence. Cette dernière façonne et précise les règles applicables aux héritages, permettant ainsi une meilleure compréhension et mise en pratique par les professionnels du droit et les justiciables. Dans cet article, nous allons aborder l’impact de la jurisprudence récente sur le droit des successions et sa portée sur divers aspects tels que l’indivision, la réserve héréditaire ou encore les donations.

1. L’indivision : un régime assoupli par la jurisprudence

L’indivision est une situation dans laquelle plusieurs personnes détiennent ensemble des droits sur un même bien. En matière successorale, elle intervient généralement lorsqu’un héritage n’a pas encore été partagé entre les héritiers. La jurisprudence a contribué à assouplir ce régime en facilitant la sortie de l’indivision et en reconnaissant davantage de droits aux indivisaires.

Ainsi, la Cour de cassation a admis que le partage judiciaire d’une indivision peut être demandé même si tous les biens ne sont pas identifiés (Cass. 1re civ., 9 mai 2018, n°17-16250). De plus, elle a également admis que l’indivisaire pouvait se prévaloir de la possession en vertu d’un titre de propriété établi en son seul nom, pour revendiquer la propriété exclusive d’un bien (Cass. 3e civ., 27 juin 2019, n°18-14622).

2. La réserve héréditaire : des précisions apportées par les juges

La réserve héréditaire, qui garantit à chaque héritier une part minimale de succession, a également été impactée par la jurisprudence récente. En effet, les juges ont précisé les contours et les limites de cette notion.

Notamment, la Cour de cassation a confirmé que le conjoint survivant bénéficiaire d’une assurance-vie souscrite par le défunt ne pouvait se voir opposer par les enfants la règle de l’imputation des donations sur la réserve héréditaire (Cass. 1re civ., 5 juillet 2017, n°16-17151). Cette décision renforce donc la protection du conjoint survivant face aux autres héritiers.

3. Les donations : un encadrement renforcé par la jurisprudence

Les donations, qu’elles soient entre vifs ou par testament, sont un moyen fréquemment utilisé pour transmettre des biens avant son décès et anticiper ainsi sa succession. La jurisprudence a contribué à encadrer davantage ces opérations.

A titre d’exemple, la Cour de cassation a décidé que le donataire d’un bien immobilier devait être considéré comme propriétaire du bien dès l’acte de donation, même si celui-ci n’a pas été publié au fichier immobilier (Cass. 3e civ., 12 avril 2018, n°17-19326). Cette solution permet notamment d’éviter des situations de fraude et de garantir la sécurité juridique des transactions.

4. Les successions internationales : une prise en compte accrue des règles étrangères

Les successions internationales sont de plus en plus fréquentes dans un monde globalisé où les individus se déplacent et s’installent à l’étranger. Face à ces situations complexes, la jurisprudence a œuvré pour une meilleure prise en compte des règles étrangères.

La Cour de cassation a ainsi affirmé que les règles successorales étrangères pouvaient être appliquées en France si elles ne sont pas contraires à l’ordre public français (Cass. 1re civ., 27 septembre 2017, n°16-17198). Cette position permet d’assurer une certaine cohérence entre les différentes législations et d’éviter les conflits de lois.

L’impact des récentes évolutions jurisprudentielles sur le droit des successions est indéniable et contribue à en préciser les contours. Ces décisions offrent un cadre plus clair et sécurisant pour les professionnels du droit et les justiciables, tout en tenant compte des réalités économiques et sociales actuelles.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *